dimanche 7 octobre 2012

L'empereur dieu de Dune de Franck Herbert

Nombre de pages: 600
Auteur: Herbert Frank
Editeur: Pocket
Genre: Science-fiction
Challenges: Challenge ABC 2012, Challenge chefs d'oeuvre de la SFFF

Mon avis:
Pour ceux qui ne connaissent pas cette saga c'est tout simplement inadmissible! J'ai découvert Dune lorsque j'étais adolescente et ce fut une grande claque, je l'ai relu vieille et ce refut une grande claque. Ce tome est loin d'être celui que je préfère mais le monde de Dune reste pour moi un éternel émerveillement...

Dune est la planète où est produit l'épice. Cette substance indispensable dans l'univers pour les Bene Gesserit, la Guilde. Elle est le fruit des truites des sables, des vers des sables, d'une alchimie mystérieuse et complexe de tous les éléments qui rendaient Arrakis, ou Dune, si précieuse et si inhospitalière.
Ce tome parle de l'époque de l'empereur-dieu de Dune, Léto Atréïde. Il a pris la décision d'unir son destin à celui des truites des sables et ainsi de dépasse sa condition d'humain. Devenir un Dieu ne semble pas être une sinécure. Malgré ou à cause de son don de prescience il semble particulièrement sensible de ses limites, de la difficulté de sa tâche. Ses desseins restent mystérieux. On nous parle souvent d'un sentier d'or, pour moi il s'agit de la préservation de l'humanité dans son ensemble.
Beaucoup de personnages... On retrouve Duncan Idaho. J'ai eut du mal à comprendre l'acharnement de ressusciter encore et encore ce pauvre homme (ghola). Il est vrai que le dernier exemplaire a un rôle important dans l'histoire mais quand même ... Il est assez déconcerté par les changements survenus depuis son époque, (et il n'est pas le seul!). Il est un étalon dans tous les sens du terme. A la fois reproducteur et échelle de mesure des changements de mentalité. Car des changements il y en a eut. Tout d'abord chez les fièrs Fremen qui ne sont plus que des faibles souvenirs de ce qu'étaient leurs ancêtres. Le corps des Truitesses également est révolutionnaire pour Duncan. Ces femmes guérrières et entièrement dévouées au seigneur Leto, gardienne de rites obscures forment une secte inquiétante. Entre adoration sans réflexion et violence incontrôlée il y a peu de chemin à parcourir.
Monéo, Majordome de Léto Atréïde, est le résultat d'une longue sélection génétique du seigneur. Terrible de dire cela on dirait qu'il s'agit d'un chien et pas d'un humain. Il est entièrement dévoué à son maître même s'il fait la différence entre Léto et le ver qui l'habite, (ou peut être est-ce Léto qui habite le ver). Il est pourtant surprenant dans sa compréhension de l'empereur mais aussi de ce qui l'entoure. Il essaie de protéger sa fille contre tout et surtout contre elle.
Siona, la fille de Monéo, est une rebelle. Ce qui est une véritable gageure dans un monde dirigé par un être prescient... En fait il faut le reconnaître , les adversaires au pouvoir en place font preuve de persévérance à défaut d'efficacité. La palme de l'originalité revient sans conteste aux Ixiens.
Hwee Noree est une énigme pour moi. Tant de douceur et de bonté dans une seule femme est-ce possible? Son coeur balance entre un Appolon et un gros ver mais comme pour toute les femmes c'est l'esprit qui compte. Bon allez, j'avoue je suis jalouse de tant de perfection...
C'est un tome plein de tension. Cela fait des siècles que Leto Atréides gouverne, déjà que quelques années c'est trop alors des siècles cela peut user. Beaucoup d'intérêts divergent. Ainsi le Bene Gesserit est fidèle à lui-même , toujours en train d'intriguer. Les Teilaxu produisent du ghola à la chaîne, tout comme des danseurs-visages... Les ixiens ont apparemment oublié les enseignements du Jihad Butlérien et se sont lancés dans des inventions de machines les plus complexes. Et Siona ne veut absolument pas faire plaisir à son empereur en fricotant avec le Duncan, (elle est difficile tout de même , c'est LE Duncan).
Plus que deux tomes pour finir cette saga et j'ai bien peur que le prochain soit particulièrement difficile pour moi....

4ème de couverture:
Leto Atreides, l'Empereur-Dieu de Dune, est désormais un ver de sable à face humaine. A peur près invulnérable et immortel, il a entrevu dans l'avenir une terrible menace : l'extinction de l'espèce humaine. Pour la conjurer, il fait respecter impitoyablement, dans l'univers humain, son ordre, le Sentier d'Or. L'Empire a connu trente-cinq siècles de paix. La Guilde et le Bene Gesserit ont les mains liées : c'est Leto qui contrôle sur Dune les dernières réserves de l'indispensable épice. Les Tleilaxu et les Ixiens n'ont pas désarmé : les premiers livrent régulièrement à l'Empereur des répliques piégées de son fidèle ghola, Duncan Idaho ; les seconds lui envoient Hwi Noree, la femme parfaite, issue d'une éprouvette et chargée à son insu de le séduire et de le détruire. Léto, par sa prescience, voit un avenir où il sera séduit ; il voit aussi que pour sauver l'humanité de la mort, il peut être amené à se sacrifier lui-même et à sacrifier la femme qu'il aimera, et qui réveille d'anciens souvenirs.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire